FT – Psychothérapies et psychanalyse

 

Fiche Technique

Les Psychothérapies d’inspiration psychanalytique

 

Date de rédaction de la fiche : 21/05/03
Dates de mise à jour :
 

L’intérêt d’une prise en charge psychothérapeutique d’un enfant, adolescent ou adulte ayant de l’autisme, est de l’aider à surmonter les angoisses qui l’envahissent, l’aider à vivre ses difficultés psychologiques d’une façon moins douloureuse, et à organiser ses relations avec les autres.
 

La psychanalyse ne prétend pas apporter de réponse à l’origine des troubles autistiques mais tente de répondre à la question : «comment un sujet ayant des difficultés psychologiques, ayant des difficultés dans son vécu intérieur et dans ses relations avec les autres, quelqu’en soit l’origine, comment cette personne fonctionne-t-elle psychiquement, et surtout comment peut-on l’aider à organiser ou réorganiser ce vécu ?» ( J. Hochmann).
 

La psychothérapie vise à aider le sujet à mieux maîtriser ses émotions, à améliorer son rapport à autrui, en prenant conscience de cette relation avec les autres, l’amener à mieux comprendre les états mentaux d’autrui, et à améliorer ses capacités de communication. Elle peut favoriser une meilleure socialisation.
 

Modèle de prises en charge psychothérapeutiques, d’après la pratique de Jacques Hochmann (Directeur de l’Institut de traitement des troubles de l’affectivité et de la cognition, à Villeurbanne)
 

Jacques Hochmann insiste sur la nécessité du travail avec les parents, soit avec un autre psychothérapeute, soit avec le même en dehors des séances avec l’enfant.
 

La psychothérapie d’une personne ayant de l’autisme suppose au minimum trois rencontres par semaine, avec un thérapeute de référence, pour des séances d’environ une heure. Le traitement peut durer plusieurs années.
 
La psychothérapie repose sur deux axes
 
–        celui d’un maternage symbolique permettant à l’enfant d’éprouver les émotions qu’il a pu connaître dans les premiers contacts avec sa mère ;
 
–        celui du «conte» où les émotions sont nommées et attachées à des représentations.
 

Les outils de communications varient avec l’âge de la personne : dessins, jouets, pâte à modeler…
 

Le psychothérapeute tente de donner un sens aux productions verbales et non verbales et construit un récit de ce qui est vécu pendant le temps des séances. Ce récit est mis en relation avec ce que la personne peut ou a pu vivre à l’extérieur et qui est supposé se rejouer dans l’espace de la séance : c’est ce que l’on appelle le transfert .
 
Les psychothérapies collectives
 
Plusieurs personnes participent à la séance ; le travail thérapeutique s’intéresse aux relations entre l’enfant et les autres personnes.
 
Les thérapies de groupe
 

Elles s’intéressent au développement de l’empathie entre enfants. Les observations s’appuient sur les jeux de rôle (les psychodrames), des jeux collectifs, les contes, les marionnettes, le dessin collectif ou simplement les échanges verbaux.

En général, plusieurs thérapeutes ont en charge un même groupe.
 
Les thérapies mère-enfant
 

Il s’agit de travailler sur les interactions entre le bébé, ou le très jeune enfant et sa mère.

Ce furent les premières psychothérapies pratiquées avec les enfants autistes, notamment par Margaret Malher aux Etats-Unis.
Ces thérapies peuvent se pratiquer à domicile.
 
Les thérapies familiales
 

Elles concernent le système familial tout entier et cherchent à améliorer les communications avec l’enfant autiste au sein de sa famille, en travaillant sur «les circuits interactifs douloureux».
 
Les psychothérapies institutionnelles
 

Il arrive souvent que plusieurs professionnels ou structures interviennent dans le suivi d’un enfant. Il y a autour de lui tout un réseau de professionnels qui détiennent une histoire, des informations. Ces informations doivent pouvoir circuler ; les histoires que chacun vit avec l’enfant doivent pouvoir se raconter pour former un réseau d’histoires que l’enfant pourra s’approprier à son tour et qui devient son histoire
 
Les interventions précoces à domicile d’après la pratique de Didier Houzel
 

La psychothérapie de type analytique auprès de personnes ayant de l’autisme reprend les notions de transfert et de contre-transfert, et permet en élucidant le sens des symptômes et des sentiments qu’ils suscitent chez l’entourage, de percevoir les états internes de l’enfant, de deviner ses émotions, de l’aider à entrer dans le monde de la communication.
 

Un infirmier visite une à deux fois par semaine la famille et observe les interactions du nourrisson avec son entourage. L’observation est supervisée par un psychanalyste. Il accorde une part importante au travail avec la famille grâce à la mise en place d’entretiens mensuels avec les parents.
 

Le psychothérapeute rencontre l’enfant en quatre séances de 45 minutes par semaine.
 
 
 
 

Bibliographie disponible au CIERA

 

L’autisme, cinquante ans après Kanner/ Ch. Aussilloux et coll. -Erès, 1994.
 

Actualité de la psychothérapie institutionnelle/P. Delion.-Vigneux Matrice, 1994.
 

Une expérience thérapeutique de groupe avec des enfants autistes possédant le langage/J. Hochmann et coll.
 

Pour soigner l’enfant autiste/J. Hochmann.-O.Jacob, coll. Opus, Paris, 1997.
 

Les enclaves autistiques dans les psychanalyses d’enfants/D. Houzel.- 1988
 

Parents et professionnels devant l’autisme/R. Misès, Ph. Grand.-Ed. du C.T.N.E.R.H.I., 1997.
 

Soigner, éduquer l’enfant autiste/Ph. Parquet, C. Bursztejn, B. Golse.-Paris, Masson, 1989.
 
L’énigme des enfants autistes/D. Ribas.-Hachette.

 

Une réflexion sur “FT – Psychothérapies et psychanalyse

  1. Pingback: Fiches techniques Autisme du CIERA (Nantes) | Pontt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*