Kanghooru

Voici un logiciel qui deviendra rapidement un « indispensable » pour celles et ceux qui travaillent avec des patients qui présentent des déficits moteurs. Et, parmi ceux-ci, ceux qui sont susceptibles de bénéficier des fichiers powerpoint téléchargeables sur pontt ou ailleurs pourront les utiliser sans que l’accompagnant soit indispensable.

Il s’agit en effet d’un logiciel permettant de rendre accessible, en mode défilement, toute application fonctionnant en mode clic sur zone dans une fenêtre active de Windows. Le logiciel mémorise les différentes zones à l’écran où le curseur devra se déplacer.

Pour en savoir plus, je vous invite à vous rendre sur le blog du Réseau Nouvelles Technologies : ICI.

Vous verrez, entre autres choses, que le tutoriel a été réalisé au départ d’un ppt d’Evelyne Lyonnaz.

Un autre tutoriel :

 

3 Replies to “Kanghooru”

  1. eh bien, je suis la 1ère surprise que l’un de mes modestes ppt soit ainsi utilisé, mais je suis ravie aussi qu’ils servent à des projets plus ambitieux !

    PS : Sympas, les tits curseurs papillons et fleurs, merci Bill

  2. Merci pour ce lien vers le logiciel Kanghooru, je vais aller y regarder de plus près. Cela-dit, je suis à la recherche d’un autre système pour une personne ayant une ataxie de Freidriech. Le
    défilement ne semble pas être la solution car elle a du mal à cliquer au bon moment (dissociation automatico-volontaire +++), en revenche, elle parvient à zapper en faisant défiler les chaînes
    une à une avec la télécommande car là, elle n’est plus tributaire du temps. C’est un moyen peu économique pour passer en revue l’alphabet, mais ça devrait pouvoir se faire et avec un dictionnaire
    prédictif intelligent. On devrait pouvoir l’aider ainsi à utiliser la synthèse de parole -elle n’est plus susceptible de se faire comprendre par des étrangers. Je vais soumettre la question à
    Thierry Danigo et à Bernard Béville. Mais je me permets de livrer cette info ici au cas où…

    Claire-Marie

    • J’espère que tu nous donneras leurs réponses car, a priori, je favoriserais d’abord un outil non technologique comme les alphabets utilisés avec les patients atteints de locked-in-syndrome.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*