Dépistage précoce des états démentiels

cerveau

Différents Tests et autoTests de dépistage rapide des troubles cognitifs sont aujourd’hui  développés afin de prendre les patients en charge dès les premiers signes de déclin.

Guillaume Lefebvre, que je remercie, a récemment parlé du SAGE test (examen gérontocognitif  auto-administré) au groupe NPLO :

http://www.sagetest.osu.edu/

Voyez aussi :
http://medicalcenter.osu.edu/viewer/press/Pages/index.aspx?NewsID=5488
http://www.sciencedaily.com/releases/2010/03/100331122643.htm
http://www.physorg.com/news189253567.html

Un autre, le TYM (Test Your Memory) a été proposé par une équipe anglaise :http://www.tymtest.com/

http://www.elderguru.com/download-the-test-your-memory-tym-alzheimers-disease-exam/
Une version francophone est téléchargeable sur agevillage.com : ICI.

Notons aussi le Saint Louis University Mental Status Examination (SLUMS), lequel est disponible en français :
http://www.elderguru.com/download-the-slums-dementia-alzheimers-test-exam/


 

4 Replies to “Dépistage précoce des états démentiels”

    • Bonjour Rosa,

      Personnellement, je ne me sens pas qualifié pour entrer en discussion à propos de ces tests de dépistage. Le mieux ne serait-il pas de vous adresser directement aux auteurs qui se feront certainement un plaisir de vous transmettre les articles publiés à leurs sujets. Ou alors servez-vous du forum de pontt pour poser vos questions à la cantonade.

      Joyeux Noël.

  1. Bonsoir les amis,

    Une petite réflexion sur ces « Tests de dépistage », MMSE, Moca, Tym et autres qui comme leur nom l’indiquent sont là pour « dépister » et rien d’autre. Si comme le souhaite un des auteurs du TYM ces
    Tests (auto ou non auto) permettent de dédramatiser la situation quand on a un doute et amener le patient à consulter plus rapidement qu’aujourd’hui et donc fournir un diagnostic et une PEC plus
    précoces, alors tant mieux. Ils permettront de gagner en efficacité à tous les niveaux et permettront indirectement d’améliorer le confort de vie des patients et de leur entourage. Toutefois, ils
    ne sont en rien des « outils de diagnostic neurospychologique ou orthophonique », lequels sont beaucoup plus longs et plus laborieux à mener (dans un second temps de la consultation du patient). Si
    je me permets de faire cette remarque c’est qu’encore aujourd’hui le MMSE par exemple est parfois utilisé seul (véridique) ou en complément de quelques échelles (e.g. IADL) en lieu et place d’une
    exploration neuropsy complète et détaillée. Et utilisé comme tel, c’est un peu court, même beaucoup trop court.
    De la même façon, je n’utilise jamais ce type d’épreuve dans mon activité car ça ne me sert à rien. Que ce soit pour réaliser un diagnostic orthophonique différentiel (par ex entre une APP et une
    MA ou une DS ou une MA)ou simplement comprendre les troubles éventuels que présente un patient.
    Ces épreuves ont chacune leurs limites plus ou moins grandes (notamment le très courant MMSE) en terme de sensibilité, et les utiliser comme outil de diagnostic mènera à des erreurs.
    J’espère n’avoir choqué personne par ma réflexion car ce n’est pas mon but.
    Cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*