Question sans réponse sur le partage de fichiers

Delphine posait il y a quelques jours la question suivante au groupe LogONA :

« Sinon, certains ont-ils testé ces jeux avec des patients ? Je ne doute pas de l’amélioration des performances à ces jeux mais quelles améliorations des capacités au quotidien ? »

La question s’adressait en particulier aux jeux du style « gym cerveau « ou « happy neuron« .

Voici ma réponse immédiate mais ce serait intéressant de voir qu’une discussion s’amorce sur ce sujet.


serig2v.gif


« La question est évidemment pertinente, Delphine. Mais ne peut-elle être posée pour toutes les activités que l’on est amené à proposer en rééducation ?
A mon sens, la question n’est pas vraiment de savoir si tel logiciel, tel jeu cérébral informatisé ou non, tel powerpoint d’Evelyne (par exemple) est efficace. Ce qui est central, c’est de décider, sur base d’un examen approfondi, de ce que l’on va proposer à un patient particulier comme activités. Imaginons que je pense, sur base de mes observations (et de mes intuitions) que, pour tel enfant ou tel adulte, je dois lui proposer des exercices de catégorisation sémantique.
Ayant fait cette hypothèse, je peux travailler de multiples manières (sur des images, des mots ouïs ou écrits), je peux créer mes exercices avec des distracteurs proches ou éloignés, je peux proposer une seule catégorie (vrai/faux), je peux en proposer plusieurs (proches ou distantes) … Tout cela dépendra donc de mes choix pour tel patient à tel moment de sa rééducation. Et, parmi l’ensemble du matériel dont je peux disposer, c’est encore moi qui déciderai si tel logiciel ou jeu est adapté à mon patient. Si je juge par exemple que le jeu des tiroirs secrets l’est, je l’utiliserai.

Encore fallait-il que je sache qu’il existe et c’est là que les échanges d’informations sur LogONA ou sur PONTT sont intéressants. La question de savoir si son utilisation aura été efficace dans l’ensemble de ce que j’aurai fait avec mon patient est quasiment insoluble. Tout ce que je pourrai éventuellement dire c’est que, au début de la rééducation, ce jeu était impossible à réaliser et qu’en cours de rééducation il l’est devenu pour telle ou telle raison.
On pourrait multiplier les exemples à l’infini !!!… »

Voilà du moins un avis que je vous laisse discuter si le cœur vous en dit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*